Mes escales

Cabotons entre deux mouillages en attendant la prochaine escale

12 août 2005

Je m'embourgeoise

Mais c'est pas de ma faute. Non, c'est toute la ville qui s'y met (au grand desepoir de Vanyg). On a jamais voulu ça, on aurait préféré continuer à avoir mauvaise réputation, à être considéré comme une ville ouvrière hideuse sous un crachin permanent, peuplé de gauchistes en bleus imbibés de musacdet qui passent leur temps à brûler des pneus sur les rond-points. Et on aurait vécu heureux et fait beaucoup d'enfants, comme de vrais pauvres.

Oui, mais voilà, avec un TGV à 2H30 de la Capitââle et maintenant que les trajets en monospace ou 4X4 climatisés ne sont plus un enfer pour ces petits trésors, c'est toute la banlieue Ouest de la Capitââle qui a débarqué chez nous. Dans un premier temps, on a réussi à contenir l'invasion en dirigeant cette horde vers la ville voisine, La Baule, charmante cité balnéaire à l'ensoleillement record et à l'arrière saison des plus agréables. Et tels des criquet pelerins, ils se sont précipités sur tout ce qui pouvait être acheté faisant horriblement monter les prix et forçant les pauvres baulois à aller se réfugier à Saint Nazaire (Vous n'imaginez pas la détresse de ces anciens riches. Les colons de Gaza à côté, c'est rien !).

Et puis, il faut dire qu'on a fait une erreur monumentale : on a recommencé à construire des paquebots et non des moindres. La presse s'est déchaînée : on a vu apparaître des mots comme "palaces flottants", "transatlantiques mythiques", "Géants des mers", "l'Eldorado",etc... On a trop attiré l'attention et la cité est passé en quelques mois de glauque à hyper hype voire glamour ou sexy.
Depuis, on a rectifié le tir, on construit des méthaniers et ça tout le monde s'en fout.

Alors pour ne pas être largué dans ce monde qui m'était jusqu'alors inconnu, je lis Anna Gavalda, je porte des T-shirts et des pantacourts taillés sur mesure et je me suis inscrit au club de polo. Ils ont dit d'amener ma monture. J'espère seulement qu'ils acceptent les ânes parce que je n'ai pas encore les moyens de m'offrir un cheval.

Bon, je vous laisse, j'ai rendez-vous avec la Comtesse Anne-Jennifer du Petit-Caporal.

PS : Pensez à acheter l'intégrale de Houellebecq pour briller en société.

Posté par escalator à 16:48 - Ma personne - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Massimo Garcia a pris ses habitudes au VIP
    Paris Hilton fait ses courses avenue du général de Gaulle.
    Adjani bronze plage de la Courance.
    Saint-naz la bourgeoise...
    Saint-naz la snob...
    C'est nouveau.
    Va falloir s'y faire...

    Posté par vanyg, 14 août 2005 à 08:47
  • Eh oui ! Tout change !

    (Je découvre que j'ai affaire à un vrai nazairien)

    Posté par escalator, 14 août 2005 à 15:56

Poster un commentaire