Mes escales

Cabotons entre deux mouillages en attendant la prochaine escale

20 août 2005

250

Le 250ème message sera le dernier !



Maintenant c'est ici :


A l'abordage !

.

Posté par escalator à 23:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2005

Bas Taux

Je n'insisterai pas sur ce jeux de mots faussement maritime, je parlerai d'immobilier.

J'ai donc été voir mon conseiller immobilier qui après avoir posé des tas de questions super indiscrètes sur ma vie : combien de femmes (Facile ! Zéro), d'enfants (Pas mieux !), combien je gagne (pas assez !), combien je paye d'impôts (beaucoup moins que ce que je devrais, mais c'est parfaitement légal !), qui me paye pour voyager et depuis combien de temps (5 ans, ça passe si vite !), si j'ai des oncles d'Amérique, prêts à me sponsoriser (A part un oncle du Portugal, grand propriétaire terrien dans le Beverly Hills local, mais j'aime pas mendier)....

Bref après avoir tout rentré dans son portable (sans souris, le pauvre !), il me sort un taux global de 3,26% et que je peux sans problème emprunter dix puissance cinq euros !  (C'est encore plus impressionnant écrit comme ça); Je regarde. Non, il n'y a pas d'erreur ! Décidement il me surprendront toujours dans cette banque.

Bon, pour ce prix, c'est plus un appart' que je vais acheter mais une maison. D'ailleurs, j'en visite une lundi, un chouia plus chère, mais idéalement placée entre un parc et la mer.

C'est sûr, je déménage cet hiver.

Posté par escalator à 20:02 - Ma personne - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2005

Faudrait qu'on m'explique...

eaufroide

Ça deux mois qu'il fait un temps superbe mais l'eau de mer, elle a pas pris 1° depuis Mai. Et même moi qui ait été élevé ici et qui suis habitué à ce genre de température, j'ai parfois du mal à m'y mettre.

Alors, je demande solennellement que l'on monte le thermostat sur 22, parce que l'eau froide c'est bien, mais on n'est pas des moules....

Posté par escalator à 19:35 - N'importe quoi ! - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2005

Art Brut

brut


Certaines déceptions sont dures à surmonter. Celle là l'est particulièrement.


--->> La vidéo  <<---

Et puis j'ai mis les paroles aussi


Emily Kane
I was your boyfriend when we were 15, it’s the happiest that I’ve ever been.
Even though we didn’t understand how to do much more than just hold hands.
There’s so much about you I miss, the clumsy way we used to kiss.
I wish I’d convinced you you’d made a mistake, if memory serves we’re still on a break.
Other girls went and other girls came, I can’t get over my old flame.
I’m still in love with, Emily Kane.
Every girl I’ve seen since looks just like you when I squint.
I know you said it’s for the best, I still don’t understand why you left.
There’s so much about you I miss, every time I see a couple kiss.
I hope this song finds you fame, I want school kids on busses singing your name.
Other girls went and other girls came, I can’t get over my old flame.
I’m still in love with, Emily Kane.
I don’t even know where she lives.
I’ve not seen her in 10 years, 9 months, 3 weeks, 4 days, 6 hours, 13 minutes, 5 seconds.
Other girls went and other girls came, I can’t get over my old flame.
All my friends think I’m insane, I’m still in love with Emily Kane.
There’s a beast in my soul that can’t be tamed, I’m still in love with Emily Kane.
I thought I’d never love again, I’m still in love with Emily Kane.
The torch I hold is always a flame, I’m still in love with Emily Kane.
I hope this song finds you fame, I want school kids on busses singing your name.
All my friends think I’m insane, I’m still in love with Emily Kane.
Emily Kane, Emily Kane, Emily Kane.

Posté par escalator à 19:31 - Musique - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2005

Florent Marchet

flomarchetfmarchet1florentmarchetflorent_marchet

Ce qui est marrant avec les concerts gratuits, c'est que ça peut drainer des gens qui ne correspondent pas forcément avec le style de musique. C'est ce qui m'a le plus surpris avec ce concert de Florent Marchet : la plupart des spectateurs avait plus de 60 ans et étaient assis sur des bancs !

Comme il restait des places sur les bancs, je me suis assis aussi avant de m'apercevoir qu'au 2ème rang, la rangée était quasiment entièrement libre, alors autant en profiter. J'ai pu ainsi prendre des tonnes de photos sans être embêté par les hordes de fans hystériques, les jeunes filles au bord de l'évanouissement et les punks pogoteurs.

J'ai trouvé que sur scène, les chansons sonnaient plus rock que sur l'album, ce qui n'est pas pour me déplaire et comme en plus les textes sont des vrais bijoux d'humour et de légère méchanceté, ça fait une combinaison que j'apprécie tout particulièrement. Il entrecoupait parfois ses chansons de textes très originaux et pour l'un carrément érotique, ce qui ajoutait au décalage entre le public et le groupe. Mais finalement, je crois que ça a bien plu. En tout cas, moi, j'étais ravi de l'avoir vu.

Posté par escalator à 16:04 - Musique - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2005

Explosions in the sky

Hier soir, sur la plage, on fêtait le 13 Août.

p8130332p8130330
p81303601p8130362

Posté par escalator à 19:07 - La Faute aux ... - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2005

Je m'embourgeoise

Mais c'est pas de ma faute. Non, c'est toute la ville qui s'y met (au grand desepoir de Vanyg). On a jamais voulu ça, on aurait préféré continuer à avoir mauvaise réputation, à être considéré comme une ville ouvrière hideuse sous un crachin permanent, peuplé de gauchistes en bleus imbibés de musacdet qui passent leur temps à brûler des pneus sur les rond-points. Et on aurait vécu heureux et fait beaucoup d'enfants, comme de vrais pauvres.

Oui, mais voilà, avec un TGV à 2H30 de la Capitââle et maintenant que les trajets en monospace ou 4X4 climatisés ne sont plus un enfer pour ces petits trésors, c'est toute la banlieue Ouest de la Capitââle qui a débarqué chez nous. Dans un premier temps, on a réussi à contenir l'invasion en dirigeant cette horde vers la ville voisine, La Baule, charmante cité balnéaire à l'ensoleillement record et à l'arrière saison des plus agréables. Et tels des criquet pelerins, ils se sont précipités sur tout ce qui pouvait être acheté faisant horriblement monter les prix et forçant les pauvres baulois à aller se réfugier à Saint Nazaire (Vous n'imaginez pas la détresse de ces anciens riches. Les colons de Gaza à côté, c'est rien !).

Et puis, il faut dire qu'on a fait une erreur monumentale : on a recommencé à construire des paquebots et non des moindres. La presse s'est déchaînée : on a vu apparaître des mots comme "palaces flottants", "transatlantiques mythiques", "Géants des mers", "l'Eldorado",etc... On a trop attiré l'attention et la cité est passé en quelques mois de glauque à hyper hype voire glamour ou sexy.
Depuis, on a rectifié le tir, on construit des méthaniers et ça tout le monde s'en fout.

Alors pour ne pas être largué dans ce monde qui m'était jusqu'alors inconnu, je lis Anna Gavalda, je porte des T-shirts et des pantacourts taillés sur mesure et je me suis inscrit au club de polo. Ils ont dit d'amener ma monture. J'espère seulement qu'ils acceptent les ânes parce que je n'ai pas encore les moyens de m'offrir un cheval.

Bon, je vous laisse, j'ai rendez-vous avec la Comtesse Anne-Jennifer du Petit-Caporal.

PS : Pensez à acheter l'intégrale de Houellebecq pour briller en société.

Posté par escalator à 16:48 - Ma personne - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 août 2005

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

2290311782.08.lzzzzzzz

Le problème avec Anna Gavalda, c'est que ça se lit trop vite. Alors, on se retrouve sur une plage sans plus savoir quoi faire.

Posté par escalator à 22:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 août 2005

Les postiers sont des cons de banquiers

Mon nouveau banquier de la Poste a voulu me voir la semaine dernière. Pas parce que je lui dois des montagnes d'argent. Non, c'est plutôt le contraire. Il se demande pourquoi je n'en fais rien.

Je ne l'aime vraiment pas. D'abord, il est plus jeune que moi, il a un look très Automne-Hiver 2000-2001 avec son bouc et sa moustache et puis il est pas doué pour cacher que son but premier, c'est pas de te conseiller mais bien de refourguer ses produits financiers fortement commissionnés.

Il a commencé par me dire, qu'avec ce que je payais d'impôts, je n'avais plus droit au plan d'épargne populaire. Là, il m'a surpris, parce que ça fait 8 ans que je n'y ai plus le droit et que personne n'avait rien remarqué jusqu'à maintenant. Mais bon, il m'a dit qu'il n'allait pas me réclamer le trop-perçu (manquerait plus que ça !), mais qu'on allait vite le fermer ce compte et virer tous ces sous sur un compte qui rapporte que dalle.

Ensuite, il m'a vanté les mérites de son assurance contre les boomerangs qui te reviennent dans la nuque et les animaux sauvages qui te piétinent et que si tu restes handicapé, il te paye une aide médicale à domicile qui s'occupe bien de toi et tout et tout. Bon, j'avais surtout envie de lui dire que je n'appelle pas Stéven Dundee et que l'animal le plus sauvage du coin est l'ignoble canard aux yeux rouges.

Après, il m'a fait le coup du "Vous savez ce que c'est, nous la retraite, on aura pas grand chose, c'est pas comme ces enc... de collègues qui partent à 50 ans en touchant un salaire de folie alors qu'ils n'ont pas un seul diplôme" (je suis pas sûr pour la fin, c'est peut être moi qui ait extrapolé). Bon, je lui ai répondu que "vu comme c'est parti, je suis aussi loin de la retraite que de ma naissance, on verra ça plus tard parce que moi, je veux d'abord m'acheter une maison donc combien tu me donnes ?" (j'aurais du dire "Combien tu me prêtes ?", pour être plus juste)

Alors là, il m'a dit, il faut allez voir le spécialiste. Celui qui sait tout ça. "Ah, mais je le connais lui, je l'ai vu il y a deux ans, il m'a proposé 5,25% quand tout le monde était à 4%" Je veux bien aller le voir à nouveau mais s'il recommence, je vais directement au Crédit Agricole avec leur 3,60%". Il a noté un truc, sûrement que je suis un client chiant qui refuse de tout gober la gueule ouverte, dont il faut plutôt se débarrasser et que 5,25%, c'est peut être pas assez encore.

Nous nous quittés sur ces bonnes paroles, lui rageant de n'avoir pas pu refiler un contrat d'assurance-vie bloquée sur 25 ans avec la commission de 50 euros qui va avec, moi pas content de ne pas avoir eu le seule info que je voulais. Il m'a remis un petit coup de "Pensez à mon assurance Boomerang/Animaux Sauvages Piétineurs", alors que nous pensions respectivement des choses comme "Client de merde"  ou "Escroc !". Je n'aurais aucun état d'âme à me tirer de chez eux.

Posté par escalator à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2005

Le conseil du jour

buver_du_vin

Il serait pas vigneron, lui ?

Posté par escalator à 21:18 - N'importe quoi ! - Commentaires [0] - Permalien [#]